Première heure, première question

Qu'est ce que la conscience ?

Certains la définissent en quatre points qui peuvent parraitre exacts. Mais la conscience a-t-elle une réelle définition linéaire et mathématique. Et puis la conscience de quoi d'abord. Ethymologiquement, la conscience signifie: avec la connaissance. Mais avec quelle connnaissance ?

A mon sens, pour ébaucher une réponse à cette complexe question, nous pourrions en définir trois, telles les trois grandes parties d'une immense oeuvre écrite par le monde et définie par les lois de la spiritualité, du réel et de l'imaginaire réunis.

La première serait la conscience du monde, les perceptions physiques, les sens que tout êtres animés possèdent. Cette conscience serait alors immédiate et instinctive. Elle se réduirait à l'interaction simple et direct avec ce qui entoure l'être. Le fait de pouvoir toucher un objet ou une chose, de percevoir un son, de parvenir à voir ou à sentir. Cette première conscience innée se résumerait cependant à cela, elle n'irait pas plus loin, elle ne permettrait pas de saisir les concepts ou les utilités des objets (notamment ceux fabriqués par les Hommes). Cette conscience comme une sorte d'éveil, ne s'accompagnerait que de la connaissance la plus basique.

La seconde serait déjà plus poussée et accompagnée d'un savoir plus approfondi, elle se joindrait à une connaissance de soi et des concepts, elle s'accompagnerait indubitablement d'une capacité à faire un retour critique sur soi-même ainsi que se concentrer sur les concepts de ce qui est. Elle deviendrait alors plus exclusievement l'apache des Hommes. On pourrait alors l'associer à l'intelligence. La force de l'intelligence étant sa capacité à thématiser chaque chose afin de pouvoir l'étudier, de pouvoir se concentrer sur cette "chose" et y refléchir.

Enfin, la dernière serait la plus complexe et complète, elle permettrait la délimitation réflexive entre le bien et le mal, elle serait celle que les fous, les animaux et au yeux de la loi, les enfants, ne serait pas en capacité d'avoir. Elle se définirait comme la conscience morale, celle qui permet la distinction entre les devoirs, les droits, les limites que l'on se met à soi-même et celles imposées par le monde qui nous entoure. Finalement, la conscience serait -elle uniquement cela ? Pouvons-nous connaître la conscience des animaux ? La conscience de nous-même n'est elle pas plus difficile à déterminer ? La linéarité d'une réponse dure et mathématique est elle possible pour définir un tel concept et une telle idée, élevé et intimement liée à l'incompréhension des Hommes face au monde spirituel.